Cyclo Quincieux : site officiel du club de cyclotourisme de QUINCIEUX - clubeo

Col du Télégraphe et col du Galibier - Août 2017 - Sueur et frayeur

1 septembre 2017 - 19:31

Sueur et frayeur 

Montée du Col du Télégraphe et col du Galibier

  

Mercredi 23 Août 2017, à 6h du matin, six d’entre nous se préparent à  l’ascension d’un des plus hauts cols mythiques des Alpes : Pierrot Lorchel, Jean Pierre Depétris, Christian Douard, Marc Vandra,  Michel Depétris et Roger Villard.

  Après une petite panne d’oreiller de Michel, nous voilà partis direction Saint Michel de Maurienne. Très vite, nous sommes arrivés à destination. Le temps de monter les vélos et à 8 h 45, on partait.

Cinq cent mètres plus loin, arrêt devant une pharmacie grande ouverte. Deux d’entre nous, en voyant les montagnes et  connaissant le programme de la journée ont anticipés les douleurs en achetant de la sportéine…on ne sait jamais …les crampes, ça fait mal !

  Nous voilà partis pour le col du Télégraphe…12km à 8% minimum. La montée s’est faite sans trop de difficulté pour tous, sauf qu’un trafic intense nous polluait. Une photo devant le panneau du col et un immense vélo en paille, et nous repartons. Trois kilomètres de descente pour arriver à Valloire.

 Valloire est une jolie station très animée par le salon des 4x4 à cette époque. Très grosse représentation de tout ce qui grimpe ‘’après les murs’’. A voir ! Malgré la tentation, nous avons continué notre chemin…17km pour arriver au col du Galibier.

  Sortie de Valloire, un petit ‘’coup de cul’’ nous met dans l’ambiance, et un kilomètre plus loin, on retrouve nos 5, 6,7%, doucement, mais nous grimpons. A 9km du sommet, changement de décor, on ne rigole plus …9 % tout le long et parfois plus. On cherche des pignons supplémentaires, mais c’est déjà tout à gauche. Malgré un relief assez hostile, nous avançons…reste plus que  6, 5, 4, 3 km. A ce moment précis, on aperçoit le col du Galibier. Ce n’est pas gagné !! Et je pense que je ne suis pas le seul à avoir cette réflexion. C’est simple, Michel et Christian ont préféré l’auberge située vers la borne 3km pour savourer un morceau de Beaufort si vanté par des publicités le long de la route (on a le temps de les voir… en montant).

  Mentalement, ce ne sont pas les trois kilomètres qui m’effraient, mais de voir où est  ‘’niché’’ ce col ! Le plus dur a été le dernier  des 3 km. Pas besoin d’appareil pour constater une augmentation de la fréquence cardiaque : je craignais de ‘’péter une durite’’. Enfin à 12h 30, j’ai vaincu le col du Galibier …après Jean Pierre, mais avant Pierrot et Marc. Tous contents, mais essoufflés.

  Quelques photos (il faut attendre son tour devant le panneau du col) et nous voilà prêts pour la descente. Au passage, on récupère Christian et Michel (qui n’ont pas démérité) frais comme des gardons .Descente jusqu’à Valloire ou l’on s’est restauré dans une auberge sympathique. Nous étions tous contents sauf Jean Pierre qui avait une certaine appréhension : son vélo électrique a besoin d’être rechargé, il ne lui reste plus qu’une barre et le retour jusqu’au col du Télégraphe a un dénivelé positif de 100m environ. Il avait raison de douter, mais pour seulement un kilomètre à 2% !

 Retour sur Saint Michel : moins dur que pour monter, c’est évident, mais dangereux. Je suivais Pierrot, et dans un virage, la roue arrière de mon vélo a glissé. J’arrive à redresser, mais il glisse de nouveau. Je redresse, et la roue explose….Malgré cela, je réussis à immobiliser le vélo sans tomber. Je suis à un tout petit mètre des 3 essieux d’une semi-remorque qui montait tranquillement. Grosse frayeur !

 En fait, j’ai déjanté. Une chambre à air neuve, un contrôle du pneu, on est reparti tout doucement !

Tout finit bien :2176 mètres de dénivelé positif, 76km, plusieurs bières pour les étirements et les sensations fortes. Bon souvenir. Prêt pour un prochain col.

Roger

Pour le diaporama complet :https://goo.gl/photos/LT1PafKBhm4s9MPv8

 

Commentaires

déc.
13:00
salle Soliman Pacha à FONTAINES St MARTIN