Cyclo Quincieux : site officiel du club de cyclotourisme de QUINCIEUX - clubeo

Stage de printemps à Saint-Raphaël

26 avril 2018 - 21:22

Stage de printemps à Saint-Raphaël

Samedi 7 avril nous sommes cinq cyclistes motivés pour un « entrainement » d’une semaine dans la belle région de St-Raphaël : Robert, François, Maurice, Bernard et Roger. Pierrot devant être le sixième, mais « cas de force majeur » il n’a pas pu nous rejoindre….

Quand les éléments se déchainent !…..

Déjà la veille du départ, le minibus ne veut plus démarrer. Nous sommes quatre à essayer de plusieurs façons, mais rien n’y fait !.... Déjà le signe d’un souci, certes, vite résolu par l’arrivée de ‘’Zorro’’, c’est le titre que mérite Christian, responsable du minibus, car sans se presser, avec un tour de clé, le moteur s’est mis en route…ouf… mais nous ne sommes  pas trop rassurés.

Le voyage jusqu’à Saint-Raphaël s’est bien passé, un peu chahuté par des coups de vent, mais c’est le midi… on connait.

Nous arrivons au Gite des Genévriers. C’est un très joli centre de 102 lits en pension complète ou gite. Pour le roc d’azur au mois d’Octobre, tout le centre est réservé par la société Décathlon avec son staff et pilotes d’essais des nouveaux vélos. Bonne réputation ! Nous ne sommes pas très nombreux sur le site, beaucoup de gens ont annulé leur réservation suite aux grèves de la SNCF.

Samedi soir, préparation des circuits pour la semaine. Grosse discussion autour de la table. On tapote tous sur nos smartphones à la recherche d’une météo clémente !…  Dimanche est le seul jour  ‘’potable’’ pour rouler. Le reste de la semaine semble très compliqué. Donc, au lieu de monter en puissance, jour après jour, on attaque par un ‘’ beau circuit ‘’!…

Dimanche matin, le ciel est dégagé, beau présage ! A 9 h, nous voilà sur nos vélos en direction de Bagnols en Forêt, accompagné de René, un copain en vacances à Fréjus. Le vent nous pousse, c‘est très agréable. Arrivés au village, les routes sont barrées …C’est la fête au village avec un joli défilé costumé.

Le temps de prendre des photos, de rassembler le groupe, de retrouver la bonne route sur le circuit GPS et sur la carte, cela a pris plusieurs grosses minutes pour repartir en direction Saint Paul en Forêt, Fayence…Mons. La route est belle, propre, les villages que l’on traverse sont beaux, et toujours un petit vent qui nous pousse. On est à 808 mètres d’altitude ! Point culminant du circuit. Ouf, la difficulté semble derrière nous. Et nous voilà reparti dans une descente un peu perturbée par le vent, mais ça va. Visite du village de Saillans, sur des passages pavés, nous avons une pensée pour ceux qui au même moment affrontaient ceux du Paris-Roubaix… on est bien secoué !

Retour en direction du lac de Saint Cassien. Changement d’ambiance et de décor, nous traversons une plaine sans difficulté apparente, sauf que l’on a le vent en plein nez. Bernard est en tête à ce moment-là et derrière, on était ‘’bien’’. Bien sûr, on prend le relais à tour de rôle, contre un vent déchainé avec des rafales à 80km/h selon les prévisions. J’ai rarement pédalé sur du plat comme si je grimpais le Galibier. Le pire, c’est sur le pont qui enjambe le lac : des rafales de travers à nous faire tomber, crispé sur le guidon, vigilance maximale de rigueur avec le risque des voitures pressées en cette fin de weekend.

Encore de gros efforts pour monter aux Adrets de l’Esterel, col du Mont Vinaigre… et descente sur Saint Raphael avec un vent violent à certaines sorties de virage! Arrivés au gite, nous étions tous surpris de notre performance… 120km et 2200 mètres de dénivelé +.

Lundi matin … la pluie du matin n’arrête pas le pèlerin, mais enmm…le cycliste. Donc visite culturelle en minibus sur le site du barrage de Malpasset… grands frissons !  Impressionnant ! Emouvant ! (en 1959, la rupture du barrage fit 423 victimes).

L’après-midi semble plus clément, donc nous reprenons les vélos avec l’ambition de continuer sur les circuits difficiles, plus précisément, le pic de l’Ours. Malheureusement, malgré le circuit téléchargé sur le GPS, impossible de trouver la route pour y accéder. Après plusieurs kilomètres et le Pic De l’Ours derrière nous, il faut se rendre à l’évidence, le circuit chargé sur le GPS de François ne correspond pas avec le parcours que j’envisageais. Qu’à cela ne tienne, ce n’est que partie remise, nous abandonnons notre projet et continuons à longer la côte magnifique jusqu’à La Napoule, juste avant Cannes. Retour sur Saint Raphael.

A Agay, je retrouve enfin la route qui monte au Pic de l’Ours… Bon présage pour le lendemain. Le proverbe ’’il ne faut pas tuer la peau de l’ours avant de l’avoir tué’’ s’applique bien à la situation.

Mardi matin … mauvais temps + prévision météo peu encourageante = visite culturelle du port et du centre de Fréjus : l’église Saint François, la place Saint François, le restaurant Saint François … François Pérignon est ‘’aux Anges’’.

L’après-midi, le temps semble se lever… vite on se prépare pour l’ascension du Pic de L’Ours. Mais après 15mn de pédalage, la pluie essaie de nous faire renoncer à nouveau à notre projet. Seulement nous sommes têtus, nous voulons la « peau de l’ours ». Au pied du massif de l’Esterel, tout se passe bien, un peu de soleil, pas de vent ! Robert roule à son rythme, un peu moins vite que nous, certes, mais au lieu de suivre les panneaux, il suit un cycliste qu’il croit être des nôtres. Résultat, maintenant, il connait bien le massif. Après quelques péripéties, nous l’avons retrouvé et surveillé jusqu’au sommet. Notre persévérance est enfin bien récompensée, c’est magnifique avec l’éclaircie. Après plusieurs photos, nous redescendons prudemment.

La pluie s’invite à nouveau au voyage, Maurice n’arrive pas à se réchauffer, il faut rentrer. Heureusement, le gite n’est pas très loin. Nous sommes trempés. Après une bonne douche, une bonne bière, nous avons retrouvé le moral et tous ensemble la décision est prise de ‘’jeter l’éponge’’ : on arrête tout. La météo pour les jours suivant s’annonce trop exécrable !. J’ai l’impression d’être devant un projet inachevé, mais il faut savoir s’arrêter au bon moment. Le temps des jours suivants nous a donné raison, donc pas de regret.

Pour finir notre stage, nous avons fait la connaissance de Marie, la sœur de la belle-sœur de Robert Nicolas (je sais, c’est compliqué) qui tient le Santa Coffee sur le port de Saint Raphael. Une très bonne adresse où l’on a fait honneur à la culture Quincerote. Nous sommes tous repartis avec une grosse bise de Marie.

Mercredi matin, la ‘’mort dans l’âme’’, nous chargeons le « camion » et attelons la remorque pour remonter à Quincieux avec une pause repas dans un petit routier bien sympa!

Au prochain stage avec un meilleur temps (si ce n’est pas trop demander).

Roger

Nota : le minibus a très bien fonctionné.

 

Pour le diaporama complet : https://photos.app.goo.gl/dLuDSAtfyPTzWz8AA

 

Commentaires